Mai14

Hélène Coulombe - électricienne

Hélène Coulombe - électricienne

C'est pendant l'été 2006, après une année d'études, qu'elle accepte un emploi d'étudiante à l'entreprise d'électricité de son père. C'est à ce moment qu'elle sent monter un intérêt pour ce domaine.

« Mon père étant entrepreneur, j'ai eu l'opportunité de pouvoir travailler avec lui l'été pendant mes études au cégep. Jusqu'à ce moment, je n'avais pas vraiment songé à pratiquer ce métier. J'ai alors découvert cette profession et j'ai beaucoup apprécié dès le premier été : pouvoir travailler avec les gens, les travaux manuels, la logique et travailler à l'extérieur sont des points que j'apprécie beaucoup du métier d'électricienne. »

À son retour l'été suivant, elle fait de même. Elle découvre qu'elle aime vraiment le domaine de l'électricité et qu'elle voudrait revenir en Gaspésie pour s'y établir et travailler. Mais il lui importe d'abord de compléter sa technique en dessin animé, ce qu'elle fait avec grand succès. Elle se met alors à la recherche d'un emploi dans ce domaine, mais en attendant, elle se recommence à travailler avec son père. Cette fois, c'est clair, après avoir goûté au travail physique au grand air, c'est ce genre de travail qui lui convient.

Elle s'inscrit donc à la formation en Électricité offerte par le Centre de formation professionnelle Bonaventure-Paspébiac. Même si elle est une des rares filles à s'inscrire dans cette formation, son expérience en classe se déroule bien :

« Je n'ai eu aucun problème que ce soit avec mes collègues de classe, mes professeurs ou les autres étudiants de l'école. Je ne me suis jamais sentie rejetée et je n'ai subi aucune intimidation. Je m'entendais très bien avec eux. Je crois que les garçons apprécient la présence des filles en classe, ça créé une belle dynamique. »

Ses parents l'ont toujours encouragée tout au long de ses études et Hélène indique qu'ils sont très heureux du choix qu'elle a fait. Elle termine ses études au printemps 2011 et commence son emploi à plein temps dans l'entreprise familiale. Forte de son expérience d'été comme apprentie, son intégration s'est faite toute en douceur :

« Tout s'est très bien passé, je m'entends très bien avec mon père et nous formons une bonne équipe. Les clients sont très heureux de voir que l'on travaille ensemble et les entrepreneurs des autres corps de métier aussi. »

Les clients et collègues de travail qu'Hélène côtoie réagissent très bien à sa présence :

« Ceux qui ne nous connaissent pas sont agréablement surpris. Les gens [...] sont contents de voir une femme dans un métier non traditionnel. Je n'ai jamais eu de remarque déplacée, je m'entends bien avec tout le monde et je me suis toujours fait respecter. »

Bien sûr, ce métier apporte à Hélène de belles satisfactions à l'égard de ton travail. Parmi celles-ci, elle mentionne pouvoir travailler en Gaspésie; travailler avec les gens; bâtir et aider les clients avec leurs petits ou grands projets : « J'ai le sentiment d'accomplissement lorsque je termine chaque job. »

Et pour l'avenir elle songe à reprendre l'entreprise familiale, mais il est encore trop tôt pour en parler concrètement : elle n'en est qu'à ses débuts professionnels. « Je me concentre pour l'instant sur mes heures et mon expérience de travail », indique cette jeune femme calme et posée. Par son exemple positif, Hélène démontre aux jeunes filles et aux femmes qui songeraient à se lancer dans une carrière d'électricienne que cela est tout à fait possible. Son conseil pour celles qui désireraient se lancer dans une carrière d'électricienne? : « De s'écouter en premier avant d'écouter les autres, de persévérer dans ce qu'elles font. Il n'y a rien d'impossible, que ce soit en lien avec les muscles ou quoi que ce soit que nous ayons de différent des hommes : des muscles, ça s'entraine et il y a toujours une solution à tout."


Hélène vue par :
Gaston Coulombe

M. Gaston Coulombe est le père et l'employeur d'Hélène. Il s'est prêté au jeu des questions et réponses et parle du cheminement de sa fille et de sa perception de la place des femmes dans les métiers non traditionnels.

Comment avez-vous réagi quand votre fille a décidé de suivre son cours comme électricienne? Aviez-vous déjà pensé que ce métier pourrait l'intéresser?

"Jusqu'à ce qu'elle parle de faire son cours en électricité, je ne pensais pas que ça pouvait l'intéresser. Je l'ai encouragée. Quand elle a commencé à travailler avec moi l'été, je lui faisais sortir ses cartes de compétence et c'est à ce moment qu'elle a commencé à prendre intérêt à ce métier. J'étais content que ma fille opte pour le métier d'électricienne, de l'avoir avec moi pour travailler."

Selon vous, y a-t-il plus de difficultés pour les femmes à exercer le métier d'électricienne que pour les hommes? Si oui, quelles difficultés?

"Selon mon expérience avec ma fille, je ne penserais pas."

Avez-vous vécu des difficultés (commentaires, réticences, ou autres) liées au fait qu'une femme travaille pour vous? Vos clients se sont-ils habitués rapidement?

"Non, quand nous arrivons sur un chantier, les travailleurs des autres corps de métiers semblent plus calmes. Une fille sur un chantier de construction crée une belle ambiance. Je n'ai jamais entendu de commentaires négatifs. Mes clients sont fiers que ma fille travaille pour moi, pour eux c'est tout à fait normal et c'est un pas en avant pour les femmes."

Qu'auriez-vous à dire sur le parcours professionnel de votre fille jusqu'à aujourd'hui?

"Elle aime beaucoup son métier. Elle est très minutieuse dans son travail. Elle montre beaucoup d'intérêt et travaille avec une belle ambition. Je suis très fier d'elle."

Encourageriez-vous les autres entrepreneurs à embaucher des femmes dans un métier non traditionnel? Quels avantages y a-t-il à embaucher une femme, selon vous?

"La question ne se pose pas, le travail est toujours très bien accompli."

Hélène fut lauréate régionale du concours Chapeau les filles 2010 et porte-parole régionale pour le concours de 2011.

Extrait d'entrevue pour Chapeau les filles 2011

T: 581 886-4650

E:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.